Le député écologiste Olivier Bierin a posé lundi la question au ministre de la Mobilité, Philippe Henry. L’accès des vélos au tram, dans un premier temps, ne sera autorisé qu’aux vélos pliables pliés, comme dans les autobus. “En effet, un vélo prend beaucoup de place dans les véhicules et complique fortement la circulation des passagers à bord. Ce qui est source de conflits entre usagers. Le temps d’embarquement et de débarquement risque aussi d’être fortement augmenté“, a justifié le ministre qui souligne aussi que les personnes à mobilité réduite et les familles avec poussettes qui ne doivent pas se retrouver en conflit avec des vélos non pliables dans le tram.

Pour toutes ces raisons, l’OTW demande une période de six mois après la mise en service du tram pour réaliser une évaluation sur la possibilité de laisser monter les vélos à bord. Après cette phase d’observation de démarrage de l’utilisation du tram et d’observation de la fluidité des voyageurs, il pourrait être envisagé d’autoriser l’accès aux vélos «classiques», en dehors des heures de pointe et avec un nombre maximum de vélos en même temps, comme c’est le cas par exemple à Bruxelles ou à Bordeaux.


Suivant : Les bouteilles en plastique de Chaudfontaine ne seront plus bleutées mais transparentes et 100 % recyclées
Précédent : 6 logements pour de l’habitat “kangourou” à Wandre

► Une erreur ou une proposition d'article, contactez-nous.

Share Button
×