L’ASBL propriétaire de l’ancien couvent des carmes de Chèvremont a enfin trouvé un acquéreur pour assurer un avenir à cet ensemble immobilier. Trois partenaires sont à la manœuvre: le Groupe Eckelmans, promoteur immobilier spécialisé dans des projets d’envergure tant à Bruxelles qu’en Wallonie, le groupe Socatra, entreprise générale de construction familiale et Inside Development, promoteur immobilier spécialisé dans la reconversion de bâtiments de caractère à Bruxelles et en Wallonie. 71 logements d’une, de deux, de trois et quelques-uns de quatre chambres sont prévus en 2024. Tous avec terrasse et donc une belle vue sur les bois et la vallée.

L’église fut achevée en 1899. La basilique était très grande car elle était le lieu principal des pèlerinages à Marie dans le diocèse de Liège jusqu’aux apparitions à Banneux. Elle reçut le titre de basilique mineure en 1928. Lors de la seconde guerre mondiale, le couvent et la basilique furent endommagés par des bombes et réparés par la suite. En 2016, la communauté n’avait plus que trois membres. Elle faisait partie de la délégation congolaise de l’ordre des carmes déchaux. Leurs responsables, tant au Congo qu’à Rome, en sont venus à la décision qu’il n’était plus tenable de rester dans cette immense maison et de gérer cette vaste église.

Il est à noter que la petite chapelle du 17ème siècle, classée et propriété de la fabrique d’église de Vaux-sous-Chèvremont n’est pas concernée par la vente du site de Chèvremont.

Une convention entre le responsable des carmes et l’évêque de Liège prévoyait qu’en cas de vente, la moitié de la somme serait versée à l’ordre des carmes déchaussés au Congo et l’autre moitié aux œuvres de l’évêché de Liège, vu que le domaine appartenait à l’évêché avant d’être confié aux carmes avec permission de faire des collectes pour financer la construction du monastère et pour terminer la construction de la basilique. Le produit de la vente est d’environ un million d’euro. 90.000 euro doivent servir pour couvrir les frais engagés depuis trois ans pour maintenir le site en état. 50 % du restant de la vente sera pour les projets de l’ordre des carmes déchaussés au Congo et 50 % pour l’évêché. Celui-ci soutiendra le projet du Sanctuaire de Cornillon, la Fondation Saint-Lambert et les projets pastoraux de l’asbl de l’évêché.

Quant au nouveau projet immobilier, il doit:
• Maintenir le « phare » dans son environnement ;
• Préserver des bâtiments emblématiques et historiques dans leur volumétrie en leur redonnant des nouvelles affectations ;
• Créer des logements majoritairement avec la création d’espaces partagés pour favoriser le vivre ensemble ;
• Réutiliser au maximum les matériaux démontés
• Favoriser le travail avec des intervenants des environs ;
• Respecter le caractère des lieux et la préservation du cadre verdoyant.


Le projet dessiné par Altiplan


Suivant : Une deuxième vague bien plus grave que la première: le gouverneur redoute la situation dans les hôpitaux
Précédent : Le patron du Café Lequet échappe aux poursuites pour son salut nazi

► Une erreur ou une proposition d'article, contactez-nous.

Share Button
×