En juin 2018, l’ancien député-bourgmestre de Seraing Alain Mathot avait été jugé coupable par le tribunal correctionnel de Liège d’avoir reçu 700.000 euros issus de la corruption mise en place dans le cadre de l’attribution du marché de la construction de l’incinérateur Uvelia de Herstal. Mais il avait été absent du procès en raison de la non-levée de son immunité parlementaire et aucune peine n’avait donc été prononcée.

Son immunité étant maintenant terminée, puisqu’il ne détient plus de mandat, le parquet de Liège a l’intention de le renvoyer en correctionnelle.

Mais dans la mesure où il estimait qu’il ne pouvait pas être jugé avec équité et neutralité à Liège, en raison de la médiatisation de l’affaire, il avait introduit cet été une requête en dessaisissement pour suspicion légitime auprès de la Cour de cassation. Alain Mathot et son avocat souhaitaient que l’affaire soit transférée devant une autre juridiction.
Mais la requête a été rejetée ce mercredi par la Cour de cassation. L’avocat général estime que, malgré la publicité autour du dossier, les magistrats liégeois seront en mesure de rester impartiaux si un nouveau procès devait avoir lieu.


Suivant : Une nouvelle piste d’atterrissage à Liège Airport grâce à la vente des actifs de Nethys ?
Précédent : Infirmiers de rue et Housing First collaborent pour sortir plus de sans-abris de la rue

► Une erreur ou une proposition d'article, contactez-nous.

Share Button
×