Pendant le confinement, au printemps 2020, la police locale liégeoise avait utilisé un drone prêté par la protection civile pendant environ trois semaines. Il avait servi à surveiller en hauteur les espaces publics et les rassemblements non autorisés, notamment au parc de la Boverie ou sur les coteaux de la Citadelle. A l’époque, les policiers envisageaient de faire l’acquisition de leurs propres drones.

Ce lundi, la dépense pour l’achat de deux appareils à hélices avec caméras en streaming sera soumise au conseil communal. Pour la zone de police, ils constitueront un outil supplémentaire pour la gestion négociée de l’espace public, les missions de police administrative et judiciaire, la mobilité et la sécurité routière. “Lors des inondations de juillet, nous avions pu constater l’utilité de tels outils qui permettent par exemple de localiser des personnes dans le besoin ou d’avoir une vue d’ensemble pour comprendre la situation et soutenir le personnel opérationnel“, relate Benoît Ferrière, au service communication de la police de Liège.

Le deux drones (un de 20kg et un autre de 1,5 kg) auront des usages différents. De la surveillance de manifestations, à la complémentarité avec les caméras de surveillance déjà existantes pour régler des problèmes de mobilité en passant par le recherche de personnes disparues. “Pour ce qui est de poursuites de personnes avec des drones, cela relève encore de l’hypothétique“, sourit B.Ferrière. Mais les appareils pourront déjà orienter les hommes sur le terrain.

La dépense totale s’élève à un peu moins de 89.000 €, qui comprennent la maintenance et des batteries supplémentaires.


Suivant : Le nombre de patients Covid a doublé en un mois dans certains hôpitaux liégeois
Précédent : Pro Velo va s’installer dans un bâtiment à Saint-Léonard: le Gracq devrait suivre

► Une erreur ou une proposition d'article, contactez-nous.

Share Button
×