Parce que la reconnaissance des filles au sein des Centres de Jeunes est un problème récurrent, l’échevine Julie Fernandez Fernandez propose un projet-pilote. Ce dernier consiste à proposer des stages de self-defense aux jeunes filles.

Pourquoi le self-défense ?” Parce que les filles sont la cible privilégiée des harceleurs potentiel”, explique la Ville. “Cette technique, source d’émancipation, apporte confiance en soi. Elles acquièrent ainsi les gestes utiles pour se protéger.”

Du 24 février au 28 février, 16 jeunes filles issues du quartier pourront ainsi se former au self-défense. Les matinées seront consacrées à l’apprentissage de la discipline. En après-midi, elles auront l’occasion, à travers plusieurs activités, de réfléchir et de débattre sur des thématiques telles que le cyber-harcèlement et les violences faites aux femmes. Des moments plus ludiques sont aussi prévus. La semaine se clôturera de manière conviviale par un moment mixte filles/garçons qui sera l’occasion de présenter les services de la MAdo et du Centre J,

Ce stage sera le point de départ d’un projet plus vaste.


Suivant : Le café-restaurant Lequet affiche une nouvelle enseigne, sans le nom Stockis
Précédent : La passerelle Léon Tchiniss sera inaugurée ce samedi 29 février

► Une erreur ou une proposition d'article, contactez-nous.

Share Button
×