Les travailleurs ont décidé de débrayer après l’annonce le direction de FedEx-TNT, hier, qu’elle comptait se séparer de 671 travailleurs sur son site de l’aéroport de Liège. Une dizaine d’avions n’ont, du coup, pas été déchargés mais le travail pourrait reprendre ce vendredi matin.

Les autorités wallonnes ont rencontré hier la direction de l’aéroport de Liège, les représentants syndicaux et la direction de FedEx. Le ministre-président Elio Di Rupo, le ministre de l’Économie Willy Borsus, le ministre des Transports Philippe Henry, la ministre de l’Emploi et de la Formation Christie Morreale et le ministre des Aéroports Jean-Luc Crucke ont rappelé leur volonté de tout mettre en œuvre pour soutenir les travailleurs et travailleuses de l’entreprise ainsi que pour préserver l’activité logistique à Liège. Ils ont insisté auprès de la direction de FedEx pour que tout soit entrepris pour réduire sensiblement le nombre de pertes d’emploi.

Cette décision brutale représente un drame pour les travailleurs concernés. C’est pour ceux-ci qu’il faut agir aujourd’hui et faciliter autant que possible les mécanismes de concertation sociale entre employeurs et organisations syndicales. Nous allons continuer à suivre la situation avec la plus grande attention et nous restons disponibles pour dialoguer tant avec les syndicats qu’avec la direction de FedEx”, assurent les ministres wallons.

Conformément à la législation en vigueur, la procédure Renault sera lancée dans les prochaines semaines et laissera place à une concertation sociale entre les représentants syndicaux et la direction. Certains des employés licenciés pourraient retrouver un emploi sur le site de Liege Aiport, pour autant que le développement du géant de l’e-commerce chinois Alibaba se révèle être une réelle opportunité à cet égard. Une société qui manutentionne les colis du fret aérien à Bierset, qui se développe, devrait également procéder à des engagements.

Lire aussi: Concurrence avec Alibaba: Fedex compte licencier 671 travailleurs à l’aéroport de Liège


Suivant : Reloger des SDF dans le manoir et la maison de maître d’Ogeo Fund ? Oui mais non…
Précédent : Il ne faut pas toucher aux pièges à castors dans le parc de la Boverie

► Une erreur ou une proposition d'article, contactez-nous.

Share Button
×