Lors du conseil communal du 30 octobre, alertée par plusieurs riverains, la conseillère Ecolo Sarah Schlitz interpellait l’échevin de la Mobilité sur la décision de condamner avec un mur de blocs de béton le passage sous la gare des bus d’Hocheporte  : « l’autoroute urbaine qui relie Burenville à la place Saint-Lambert est fortement hostile aux modes doux et crée une véritable rupture entre les quartiers qui la jouxtent. Ce passage constituait l’une des seules traversées sécurisantes et était utilisé par de nombreux cyclistes et piétons. » Et de  s’interroger sur les motivations réelles de l’emmurement du passage souterrain en parlant de nouveau « mur anti-SDF ».

Si ce passage est fermé depuis le mois d’octobre, c’est parce qu’il était devenu de moins en moins sécurisant (dépôt d’immondices, toxicomanie, seringues) et qu’il fallait sans cesse le nettoyer. “Nous remettions régulièrement de l’éclairage”, explique Carine Zanella, la porte-parole du TEC, chargé de l’entretien, “mais il était sans cesse vandalisé. Nous avons fait des comptages en heures de pointe pour savoir qui empruntait encore ce tunnel et le nombre était très faible. Du coup, en accord avec la Ville, nous avons décidé de le fermer définitivement.”

 

(Source: La Meuse)


Suivant : La dernière pièce de «La pose enchantée» de Magritte retrouvée à Bruxelles
Précédent : Biens neufs : importante hausse des prix de l’immobilier à Liège

► Une erreur ou une proposition d'article, contactez-nous.

Share Button