Elle s’était exprimée dans plusieurs médias pour faire part de ses grandes difficultés financières en tant que commerçante, face aux fermetures imposée par les mesures gouvernementales Covid. Alysson Jadin, jeune coiffeuse (barbière plus particulièrement) de la rue Saint-Gilles, a mis fin à ses jours à 24 ans. Elle avait décidé d’ouvrir son commerce Hooterscutting situé rue Saint-Gilles au tout début du mois d’août et malgré la conjoncture déjà difficile. Parce qu’elle estimait qu’il fallait malgré tout avoir le courage de se lancer.

Confrontée à la fermeture des commerces non-essentiels et n’ayant aucune autres ressources pour tenir le coup – surtout après avoir tout investi dans son salon professionnel, elle n’aura pas supporté le spectre de la probable faillite de sa toute jeune affaire.
Au-delà des multiples analyses quant à la situation exacte qui a engendré ce drame, Alysson devient le symbole de ces nombreux commerçants qui se sentent actuellement démunis, déprimés et aussi parfois bien seuls.


Suivant : 150 personnes manifestent à Liège après le couvre-feu: aucune amende
Précédent : La SNCB cède un terrain juste à côté de la gare des Guillemins pour un futur projet immobilier

► Une erreur ou une proposition d'article, contactez-nous.

Share Button
×