Officiellement, le festival liégeois de musiques urbaines n’a pas encore été revendu. A la clôture de cette édition 2019 des Ardentes, au début du mois, il avait été annoncé que la SPRL du même nom avait été partiellement revendue à Fimalac Entertainment, une société appartenant au milliardaire français Marc Ladreit de Lacharrière. Mais l’opération n’est toujours pas parue au Moniteur (en ligne) et le tribunal de commerce de Liège nous indique qu’il n’y a pas de documents en attente concernant ce rachat. Effet d’annonce des organisateurs pour mettre la pression sur les autorités liégeoises?

Toujours est-il que le festival promeut aujourd’hui officiellement l’édition 2020 annoncée sur le site de Rocourt, du 9 au 12 juillet. L’événement Facebook, qui vient d’être créé, indique que les billets seront bientôt en vente. “On a un accord avec le propriétaire du terrain et un accord de principe avec la Ville“, avance Fabrice Lamproye, l’un des deux patrons de cette grosse machine musicale, au journal La Meuse. Mais alors, qu’en est-il du parc de loisirs promis aux riverains?
Lors d’une réunion organisé avec ces derniers, à la fin du mois de juin, les deux organisateurs avaient affirmé qu’il était aussi possible que l’événement se déroule à Rocourt sans que le site ne soit aménagé en parc. Les Ardentes vont d’abord s’installer; on discutera de tout après.

Lire aussi:
L’important subside communal au festival Les Ardentes ne passe pas pour une partie de nos élus
Ardentes à Rocourt: les riverains râlent; les organisateurs promettent avantages et ‘sponsoring’ à leurs enfants
Le festival Les Ardentes veut se faire offrir un parc par la Ville pour rester à Liège


Suivant : La patron du café Randaxhe est décédé
Précédent : L’argent des retraités liégeois d’Ogeo Fund pour aider l’homme d’affaires français Bernard Tapie

► Une erreur ou une proposition d'article, contactez-nous.

Share Button
×