Au mois de mars, le premier bar à chats de Liège ouvrait rue des Clarisses. Les chats présents dans l’établissement, qui peuvent aussi aussi être adoptées, proviennent d’un refuge et sont là pour jouer un rôle de camarades antistress mais aussi simplement pour que ceux qui ne peuvent pas en avoir chez eux puissent en profiter.

Ce week-end, le refuge partenaire “Félins pour l’autre” (Villers-le-Bouillet) a annoncé sur Facebook qu’il cessait sa collaboration avec le Merlix café. “Nous constatons que certains de nos chats changent de comportement lors de leur présence au café. [Deux chattes] pourtant adorables et câlines, ont tendance à se montrer agressives. Ce qui nous amène à penser que cet environnement ne correspond pas au bien-être des chats sur du long terme“, ont indiqué les responsables du refuge. Et d’ajouter “nous refusons de mettre en danger la santé de nos chats pour une quelconque mise en avant de notre association“. Dans la foulée, les réseaux sociaux s’emballent.

On ne critique pas le café lui-même et ne s’agit pas de maltraitance. Mais l’on considère que toutes les conditions du bien-être des chats ne sont pas respectées, surtout leur sommeil“, nous a précisé Eve Beele, l’une des personnes qui gère l’asbl. “Cela reste une bonne idée mais il y a des choses à revoir dans le concept comme la machine à café bruyante qui stresse les chats, la pièce qui résonne fort, les produits ménagers laissés dans la même pièce ou les lumières éteintes les jours de fermeture qui ne leur permettent pas suffisamment de faire la distinction entre le jour et la nuit.

Du côté du Merlix Café, on signale que l’établissement a changé de mains et a été confié à un nouveau couple, pour des raisons personnelles et professionnelles. Les nouveaux propriétaires ont décidé de travailler avec un autre refuge, l’association Poils et Moustache (Neuville en Condroz). “Nous avions choisi de travailler avec un petit refuge lancé par des jeunes comme nous, afin de leur offrir une visibilité et qu’ils se fassent connaitre car nous aimons encourager les jeunes entrepreneurs (…) Il faut savoir que Félins pour l’autre avait du mal à suivre en termes du nombre de chats à placer dans le café, ce que nous pouvons totalement comprendre et ce que nous acceptions étant donné la taille du refuge, mais nous pouvons également comprendre que cela puisse effrayer nos repreneurs, étant donné que ce facteur peut mettre à mal la pérennité du café“, explique Camille Nuyts, navrée par ces critiques, qui souligne qu’elle et son compagnon ont toujours fait passer la santé et le bien-être des chats avant la satisfaction des clients.

Chez AmiVet, un cabinet vétérinaire pour petits animaux situé rue des Vennes, où l’on s’était un peu intéressé à cette nouvelle initiative, le Dr Berteaux nous indique qu’il ne voit pas les bars à chats comme un problème: “Ca ne nous semble pas une mauvaise idée dans la mesure où il n’y a pas 30 chats, qu’ils sont en bonne santé et en ordre de vaccins. L’idéal est de n’y amener que les chats les plus sociables, après les avoir observés en groupe.


Suivant : Les meilleurs boulets liégeois se dégustent à nouveau au centre-ville
Précédent : Le propriétaire de l’immeuble qui avait explosé rue Léopold accusé d’être un marchand de sommeil

► Une erreur ou une proposition d'article, contactez-nous.

Share Button
×