A la toute fin de l’année 2018, Jean Galler cédait l’entièreté de son entreprise (soit les derniers 25% qu’il possédait encore) aux investisseurs qataris qui en détenaient déjà une partie auparavant. Et, dans la foulée, il lançait avec son épouse les fameuses boulangeries “Chez Blanche”. Après la première à Chênée, il y en a actuellement cinq en région liégeoise dont aucune ne vendait de chocolat maison jusqu’à présent.

Et pour cause: Jean Galler avait signé une clause de non-concurrence de deux ans qui prenait fin il y a une grosse semaine. “Praliné, framboise, ristretto, coco… Du noir, du lait du blanc… Vous les réclamiez, ils sont là !” Le 13 novembre, celui qui s’était lancé dans la chocolaterie en mai 1976 a donc annoncé qu’il se relançait dans sa grande passion. Et certains de ses clients semblent déjà prêts à être damnés pour ses bâtons framboise sans arôme ni colorant mais avec un concentré de framboise qui explose en bouchez et dont on voit déjà la fabrication en vidéo.

Vendues dans les boulangeries, ces nouvelles gourmandises chocolatières -qui visent à utiliser des produits compatibles avec un fonctionnement harmonieux de la planète- pourraient à terme être vendus dans d’autres magasins spécialisés. A l’heure où la Chocolaterie Galler qui continue de tourner à Chaudfontaine adopte un nouveau look durable et équitable enrobé d’auto-gouvernance, les vrais chocolats Galler de l’artisan passionné ont retrouvé d’autres emballages.


Suivant : Météo: temps nuageux mais sec
Précédent : Un sapin lumineux de 15 mètres de haut sur la place du Marché

► Une erreur ou une proposition d'article, contactez-nous.

Share Button
×